Le Blog d’Emma Bovary


Ce blog a été créé par des élèves de Seconde du Lycée Stephen Liégeard de Brochon. Il a pour but de mieux vous faire connaître le caractère et les envies d’Emma Bovary, célèbre personnage de l’écrivain Gustave Flaubert.Nous avons essayé, à travers les articles du blog, de nous « mettre dans la peau » d’Emma Bovary et d’imaginer les articles qu’elle aurait pu écrire sur un blog si elle avait vécu à notre époque. Bonne lecture !

Accéder au blog d’Emma Bovary

Carnets du spectateur – 2nde 1


La compagnie de théâtre
« Le collectif 7 prime est un collectif, c’est à dire un groupe de travail de pensée et d’action, dont l’expression est le théâtre et qui travaille avec et pour une assemblée théâtrale. La priorité est donnée aux textes contemporains, aux nouvelles écritures, qui interrogent toujours le regard sur le savoir-faire. Au départ, le collectif était seulement composé de quelques personnes puis au fur et à mesure il s’est agrandi. Le collectif 7 prime a été créé en février 2007 par la comédienne-metteure en scène Elisabeth Barbazin, la scénographe Marion Golmard et par deux comédiens, Delphine Horviller et Philippe Journo. Ils ont réalisé de nombreuses pièces, et ont aussi remis des pièces classiques au goût du jour. On peut par exemple citer Les Murs murmurent, Antilopes d’ Henning Mankell ou encore L’Année de Richard. » (Benoît)

Avant la résidence
« Avant la résidence, nous savons que celle-ci portera sur le roman Madame Bovary de Gustave Flaubert mais que nous allons voir une pièce de théâtre contemporain. Le roman de Flaubert raconte l’histoire d’Emma, une femme grisée de romantisme et souffrant de l’ennui de son mariage avec Charles. Elle a des goûts de luxe et est passionnée par la vie riche, la vie noble et veut à tout prix côtoyer le milieu de ses rêves. De l’adultère à la dépression, Emma finira par se suicider tant la désillusion est grande pour elle, fille de paysan. Nous savons par ailleurs que cette œuvre a été contestée et critiquée à l’époque et Flaubert sera jugé à cause de Madame Bovary. On reprochait au personnage d’Emma d’avoir des pensées immorales et d’inciter le lecteur à l’immoralité. Nous savons enfin que Tiago Rodrigues va insérer dans sa pièce des vraies personnes mélangées à la fictivité du roman. La résidence nous propose donc un arrangement théâtral mêlant histoire et réalité littéraire. » (Alix)
« Madame Bovary est très connue car elle fait l’objet de trois genres artistiques : romanesque, cinématographique, et théâtral.
En classe, nous avons étudié le genre romanesque et cinématographique. Ces deux genres ont la même histoire : Emma est mariée à Charles Bovary, celle-ci s’ennuie dans son couple, elle rêve de romantisme, de richesse, de luxe… A la fin, Emma met fin à ses jours…
Il nous reste à découvrir le genre théâtral. » (Léna S.)

Première séance
« Nous rentrons dans la salle pour la première fois et découvrons des tables positionnées en rond pour mieux discuter et interagir avec les membres du collectif. La metteuse en scène a pris la parole pour se présenter et expliquer le projet, puis chacun de nous devait expliquer ce qui nous avait marqué dans le film de Claude Chabrol ou le roman. Pour ma part c’était les discussions des nobles au bal qui m’avaient marqué ! » (Léo V.)
« On a alors appris que Pinard (le procureur) était joué par un certain Jean, Sénard (avocat de la défense) était joué par Philippe, Flaubert était joué par Yves, Emma par une certaine Camille et Julien jouait aussi bien Rodolphe, Charles, Le Vicomte, Homais le pharmacien, Léon ainsi que Lheureux. » (Nathan)
« Elisabeth Barbazin, nous a expliqué comment passer du roman à une pièce de théâtre. Elle nous a aussi expliqué le travail de comédien par exemple il y a des personnes pour qui les idées arrivent progressivement et d’autres pour qui les idées viennent au premier instant. Donc tous les acteurs travaillent de manière différente » (Léna S.)

Deuxième séance
« Au début de cette deuxième séance, Elisabeth Barbazin nous a résumé en quelques mots ce qu’est le travail sur le jeu. Elle nous a parlé de Louis Jouvet qui a théorisé le théâtre en expliquant que celui-ci devait être joué en écoutant ainsi qu’en imitant, et que le théâtre ne pouvait être généralisé, chacun peut interpréter le théâtre comme il le souhaite. Elle a aussi parlé du metteur en scène Thomas Ostermeier et fait le lien avec « l’art de sublimer les cicatrices avec de l’or », le Kintsugi. C’est un mot d’origine japonaise qui signifie que rien est parfait, rien est déjà tout tracé et tout est modulable, ce qui rend le théâtre d’autant plus intéressant si les mauvais côtés sont aussi évoqués, et pas seulement sous-entendus en laissant toute la place aux bons côtés. Cela permet d’élargir les possibilités créatives qu’offre le théâtre, qui sont quasiment infinies. » (Benoît)
« Ensuite, ce que j’ai beaucoup aimé c’est la répétition de la pièce. Les comédiens ont répété l’entrée en scène de chaque personnage, sous l’œil attentif d’Elisabeth. Tout le long de cette répétition, nous avons pu donner nos impressions et nos avis. C’était intéressant de participer et nous avons pu voir les techniques de répétition et les multiples solutions de mise en scène. » (Mathieu)
« Cette répétition était très interessante car on avait étudié la scène du bal en classe. Alors nous avons pu les comparer. Ils nous ont présenté la scène différemment » (Luna)
« A ce moment on a pu se rendre compte du temps qu’il fallait pour mettre en place une scène et toute la technique que cela nécessite. Elisabeth Barbazin nous a bien expliqué toute l’importance d’une position, des gestes et des expressions vocales et faciales… Dans cette scène on apprend qu’Emma est invitée à un bal de très haute bourgeoisie et de nobles. Elle et son amour pour le luxe nous ont été montré par les comédiens qui retransmettent par leurs corps ce qu’ils interprètent. On peut apprécier leur talent. A la fin de la séance, les comédiens nous ont écouté, j’ai beaucoup apprécié la proximité instaurée. C’était la première séance avec du jeu et c’est très intéressant de découvrir la partie expérimentale d’une scène. » (Alix)

Troisième séance
« Cette dernière séance était composée de deux parties. Dans la première, les comédiens nous ont interprété la scène de l’huissier. Cette scène est intéressante car Julien Jobert joue trois rôles différents : Charles Bovary, le pharmacien, Lheureux. C’est ici que les gestes et la voix sont importants, c’est grâce à cela que l’on fait la différence entre ces trois personnages ! Dans la seconde partie, ce sont des élèves de notre groupe qui on joué les rôles, et en toute modestie, ils se sont très bien débrouillés. » (Léna S.)
« Durant cette heure, les comédiens ont joué l’entrée des personnages ainsi que la scène après le fiacre en entier. Nous avons pu constater une grande amélioration par rapport à la semaine dernière (texte, gestes, intonation… ). Une fois la scène jouée, les comédiens ont invités cinq élèves du demi groupe pour interpréter : Emma , L’heureux, Charles, Léon et Homais. J’ai eu le plaisir d’avoir participé et de m’être mis dans la peau d’un comédien. Je jouais le rôle de L’heureux , et j’étais très stressé à l’idée de prendre la parole devant le public ! Mais lors de mon passage, je me concentrais sur le texte et à ma grande stupeur, j avais oublié le public ! J’ai aimé ce moment car je me suis rendu compte que si l’on connaissait son texte à la perfection, le théâtre pouvait être un jeu d’enfant très plaisant pour le comédien et le spectateur. (Léo V. )
« J’ai incarné le personnage de Homais qui est le pharmacien. Même si mon texte a été court, d’avoir pu jouer quelques secondes un rôle m’a fait découvrir que l’on est totalement dans son personnage lorsque l’on joue. J’ai donc pris beaucoup de plaisir. » (Nathan)
« Lors de la troisième séance, nous avons retrouvé les comédiens que nous commencions à connaitre au château. Ce dernier lundi avant la représentation, nous avons assisté à la scène où Lheureux vient réclamer son argent à Emma Bovary. Lheureux est un prêteur sur gage. Pour la première fois, nous avons vu pas deux mais cinq personnages joués dans la scène dont trois joués par Julien uniquement (Charles, Homais et Lheureux). C’était impressionnant de voir la technique que possède Julien et le talent qu’il a pour jouer trois personnages en une scène. J’ai été personnellement impressionné par la quantité de texte qu’il a dû apprendre. Dans cette scène on apprend la mort du père de Charles. Un des faits marquants de cette séance, il y a eu la première apparition de costumes : une robe pour Emma, un veston pour Charles. Tout le monde a bien sûr remarqué la présence d’un caméraman qui a filmé l’intégralité de la séance en vue de la réalisation d’un reportage sur la résidence de création. En fin de séance, quelques élèves ont eu le privilège de jouer un passage de la scène. J’en fais partie et c’était vraiment très bien de pouvoir jouer devant des amis et surtout devant des comédiens professionnels, sous l’œil d’une metteuse en scène professionnelle elle aussi. Cette séance était plus que complète et c’est celle que j’ai préféré. » (Alix)

Restitution de la résidence de travail : vendredi 1er février 2019
« Le dernier jour pour le collectif sept prime dans notre lycée est arrivé. Une restitution de tout le travail qu’ils ont effectué durant ces trois semaines passées ici est organisée dans le gymnase. Premier aperçu de la pièce : le décor. Au premier plan, deux bureaux installés face à face, chacun d’un côté de la pièce, pour montrer l’opposition entre l’attaque et le défense, entre Sénard et Pinard, entre Flaubert et l’Etat, entre Emma et des regards un peu trop orientés. En deuxième plan au fond du décor, une représentation de maison assez modeste, assez classique. La restitution commence. Les costumes de Sénard et Pinard sont très proches de leur rôle, de grandes toges d’avocats. Emma porte une robe rose et est coiffée d’un chignon, pour montrer le luxe qu’ elle recherche, mais qu’ elle ne peut pas se payer. Le reste des personnages sont habillés de façon neutre, avec peu d’éléments significatifs. Certaines scènes sont coupées avec le son d’une cloche, car le spectacle n’est pas encore créé dans son ensemble, et il reste encore du travail. Nous assistons donc à une dizaine de scène, dont celle du bal, que nous avions étudiée en cours. C’est intéressant de voir le contraste entre les différentes œuvres tournant autour d’Emma Bovary. La restitution se termine, quelques questions des élèves présents s’en suivent. Toutes les classes de seconde étaient présentes, ainsi que quelques classes de première. Nous quittons ensuite le gymnase, la restitution est terminée. Le collectif nous donne rendez-vous l’année prochaine pour voir leur spectacle terminé dans un des théâtres de Dijon. » (Benoît)
« Cela m’a divertie, j’avais l’impression que c’était la fête des yeux, des oreilles, et des cœurs. Les comédiens sont arrivés à nous faire approfondir l’histoire de Madame Bovary en mettant les thèmes de la vie en avant. Pour la plupart d’entre nous c’était la première fois que nous assistions à un tel projet. Je pense qu’il va rester dans nos esprits. » (Luna)

« Pour conclure, je pense que la résidence de création est une réussite car les élèves du lycée et particulièrement les classes de seconde, ont pu assister aux prémices du projet de ce spectacle et aux différentes étapes de la fabrication d’un objet théâtral. Durant trois semaines, de nombreuses classes ont été accueillies pour le travail dramaturgique et pour la mise en jeu du texte de Tiago Rodrigues. Des ateliers de pratique théâtrale et des temps de répétitions ont été menés par les comédiens professionnels de la compagnie et proposés aux élèves pendant les séances d’AP de français. Puis le collectif nous a interprété une restitution qui a clôturé cette période de résidence. » (Mathieu)

Restitution résidence « Bovary »

Temps fort au lycée vendredi 1er février 2019 avec la restitution après trois semaines de travail de « Bovary », texte de Tiago Rodriguez, par le collectif 7′. Près de 450 élèves ont pu assiter à cette première étape de travail dont la création est prévue en 2020.

Résidence « Bovary » semaine 1

Le Collectif 7′ a pris ses quartiers au château. Au programme : accueil des classes de seconde, répétitions ouvertes, prémisses d’une création en devenir… Au plateau, comment penser la distribution des rôles ?
Au cours des discussions avec les élèves, les approches de Gustave Flaubert et de Tiago Rodrigues se croisent :
Comment définir Emma ? Est-elle simplement une femme infidèle comme tant d’autres personnages romanesques ? Que dire de son mal de vivre ? Et Charles ? Que penser de ce personnage grotesque ? N’est-il pas finalement un héros romantique ?

Projet Bovary, création du Collectif 7′

Résidence de création théâtrale du 14 janvier au 1er février 2019

Le lycée accueillera dans ses murs le Collectif 7′ pour une résidence de création du spectacle Bovary, pièce de Tiago Rodrigues (2015), adapté du roman Madame Bovary de Gustave Flaubert (1856), dans une mise en scène d’Elisabeth Barbazin.

Tiago Rodrigues écrit sa pièce de théâtre à partir du procès fait à Flaubert, au sujet de son roman. Il y convoque Flaubert, qui n’a pas le droit d’intervenir mais témoigne et juge son procès dans sa correspondance avec Élisa Schlesinger. Les personnages du roman sont convoqués à la barre du tribunal et rejouent des scènes du roman. Les frontières entre le procès, l’oeuvre et sa reconstitution théâtrale se brouillent.
Procès pour immoralisme, apologie de l’adultère, atteinte aux moeurs et à la religion. Une mécanique implacable, décrite par Flaubert, qui mène Emma Bovary au désastre. Elle qui ne cesse de rêver sa vie, d’une vie qu’elle a lu dans les livres. Il faut ainsi voir l’exaltation d’Emma Bovary dans la scène du bal qui n’a d’égale que la souffrance de son insatisfaction. Le public est pris comme témoin et aussi juré de ce procès.
Procès qui fait écho aux attaques visant à censurer ces derniers temps les représentations de Roméo Castelluci et Rodrigo Garcia, metteurs en scène de théâtre. Comment ne pas y voir aussi, le reflet à peine voilé de notre propre société. Car le fond de cette affaire c’est bien aussi le rôle de l’artiste et de son engagement devant la morale et l’hypocrisie du ministère public, autrement dit la norme sociale imposée.

Les élèves du lycée, tout particulièrement les classes de seconde, assisteront aux prémices du projet de ce spectacle en devenir. Durant trois semaines, des ateliers de pratique théâtrale menés par les comédiens professionnels de la compagnie seront proposés aux élèves pendant les séances d’AP en français. Des temps de répétitions seront ouvertes à l’ensemble de la communauté éducative (notamment aux internes) et une restitution clôturera cette période de résidence.

Le Projet Bovary est financé par la DRAC Bourgogne-Franche Comté, la Région Bourgogne-Franche Comté et la Ville de Dijon. Il est accueilli en résidence de création au lycée Stephen Liégeard (Brochon) & au Lycée du Castel (Dijon).

Le Collectif 7′ est soutenu par la Ville de Dijon et le Conseil Départemental de Côte d’Or.

La semaine des arts vivants bat son plein !

Lundi 4 et mardi 5 juin : les élèves s’initient aux différentes disciplines (slam, danse contemporaine, danse latine, hip hop, théâtre, voix, cirque, musique, expression corporelle, percussions…) avant de rejoindre, en fin de semaine, les ateliers de pratiques spécifiques.
La restitution des ateliers a lieu vendredi 8 juin. A suivre !

Encylopaedia Universalis

Le CDI du lycée propose à la communauté éducative l’accès à L’Encylopaedia Universalis en ligne.

Universalis est la référence encyclopédique du monde francophone. Dédiée à la recherche documentaire, la culture générale et l’enseignement, elle s’adresse à la fois aux particuliers et aux professionnels (établissements scolaires, collectivités, bibliothèques, entreprises…).

Universalis offre des réponses d’une grande qualité dans toutes les disciplines et sur tous les grands domaines de la connaissance au travers de multiples supports.

Accès par Liberscol/Services externes.

« Game of Lieg’arts » semaine des arts vivants

© Mily Shaker Dart

Du 4 au 8 juin 2018, tous les élèves de seconde seront plongés dans l’univers des arts vivants en suivant des ateliers animés par des artistes professionnels.

A travers des ateliers d’initiation et des ateliers de pratiques spécifiques, les élèves partiront à la découverte de différentes disciplines telles que le slam, la danse contemporaine, la danse latine, le hip hop, le théâtre, la voix, le cirque, la musique, l’expression corporelle, les percussions

Une restitution-spectacle destinée à l’ensemble des élèves, aux enseignants et aux membres de la communauté éducative du lycée clôtureront cette semaine de découverte.

Enseignantes responsables 

Isabelle Loriot & Marie-Sabine Baard

Intervenants professionnels 

Collectif On a slamé sur la lune

Art Danse Centre de Développement Chorégraphique National de Bourgogne Franche-Comté

Compagnie Rocher des Doms

Compagnie Un Instant à l’autre

Association CirQ’ônflex

Ecole de Danse Bregand 

Résurgences

La Vapeur 

Percussions africaines Julien Charnet

Percussions africaines Sô Kono

 

« Poil de Carotte », d’après Jules Renard par la compagnie Rocher des Doms

Grâce à Mme Néault, professeur de lettres, le lycée accueillera en avril la compagnie Le Rocher des Doms pour une adaptation théâtrale du roman Poil de Carotte de Jules Renard. Cette pièce, mise en scène par Sylvain Marmorat, est un condensé du roman.

Le metteur en scène et ses intentions
« Brièveté, sécheresse, humilité sont trois traits que je retiendrai dans l’écriture de Jules Renard, écrit le metteur en scène Sylvain Marmorat. Trois traits qui nous guideront dans nos explorations théâtrales. […]
Le jeu est précis, sans caricature. Les parents de Poil de Carotte ne sont pas des monstres mais des humains avec des faiblesses, des histoires. […]C’est pour lui le dénouement de son enfance, le passage à l’âge adulte.
Je mettrai en évidence l’enfermement des personnages dans leur position, l’absence de communication des membres d’une même famille, le poids de ce chacun a reçu lui-même dans son passé. […]Le spectateur en sortant ne devra pas avoir pris parti pour l’un ou l’autre des personnages mais se poser des questions sur les relations familiales avec toutes leurs complexités. »

La compagnie
Fondée à Paris en 1989, la Compagnie Le Rocher des Doms est aujourd’hui codirigée par Sylvain Marmorat, metteur en scène et comédien et Laurence Boyenval, comédienne et costumière.
Elle rassemble autour d’elle des individus qui consacrent leur énergie sur le long terme au développement de son projet artistique, une équipe avec le même intérêt de recherches théâtrales, apprentis toujours, dont les questionnements ne cessent d’augmenter, dont les seules réponses sont les actes – répétitions et représentations -, dont les envies ont enfanté la troupe.
La vocation de la compagnie va aussi vers la décentralisation pour chercher de nouveaux publics, confronter notre travail à des territoires inconnus. Le comédien est un voyageur, un nomade. Certains territoires sont moins bien servis culturellement, par manque d’équipement souvent. C’est pourquoi chacune des créations a été pensée pour être diffusée le plus largement possible.